Sunday, 13 March 2016

EDITO MARS 2016 by SaHaD

Lo'La Magazine, couverture côté femme, Mars 2016
Est venue la saison des pluies, et même celle de la neige, que déjà les champs de fleurs se parent de leurs plus belles parures… à faire refleurir un désert ! Nous avons planté des arbres à Tou biShvat, des graines de vie… à faire refleurir un désert ! Mais les larmes n’ont pas séché, et tous les jours en Israël nous pleurons nos victimes, leurs proches, ceux qui sont partis et ceux qui sont restés. Chacune de ses âmes est une rose dans le jardin d’Eden… à faire refleurir un désert !
Et nous sommes entrés dans le mois de Adar, comme pour y puiser une nouvelle force – le miracle de Pourim ne représente-t-il pas l'espoir ? –, car « Adar est un mois de joie parce qu’il a été transformé. Tout peut être alors transformé ». Pourim raconte la menace physique sur le peuple juif. Vivons-nous une menace ? En tout cas, nous vivons dans la tristesse de nous voir tués dans nos supermarchés, dans nos voitures, à nos carrefours, à nos arrêts d’autobus, dans nos maisons. Devant nos enfants. Sur notre terre.
La fête des "hasards" et des grands miracles est la délivrance invisible, sans hasard ! Cette année, d’ailleurs, le mois de Adar à la particularité d’être double ; selon le Rabbi de Loubavitch : « lorsqu'il y a deux mois de Adar comme cette année et si nous sommes joyeux durant ces soixante jours, toutes les mauvaises choses et les mauvais décrets qui pèsent sur nous seront annulées selon la règle de ''Batel bechichim'' = ''annulé dans 60 '' ».

Haman est un descendant du roi Agag, lui-même issu de Amalek, le méchant qui avait attaqué sans raison les Bnei Israel dans le désert, par l'arrière, à leur sortie de l'esclavage d'Egypte, alors qu'ils étaient faibles et fatigués. Amalek représente l'incarnation à chaque génération de la méchanceté gratuite. Bien plus tard, lorsque Shaül, roi d'Israël combattit Amalek, alors gouverné par Agag, il eut pitié de ce-dernier et ne le tua pas. Tandis que Agag eut pour descendance Haman, qui voulut lui aussi tuer tous les Juifs, alors en exil en Perse, les générations de la famille de Shaül engendrèrent Mordékhaï et Esther.

SaHaD
(Article publié dans Lo'La Magazine, Mars 2016)